“Comme espics dans les plaines”: Patterns of Translation of Robert Garnier’s Epic Similes in Thomas Kyd’s Cornelia (1594)

Marie-Alice Belle

Abstract


Although celebrated in its time as a worthy contribution to the poetic experiments of the late Elizabethan age, Thomas Kyd’s 1594 Cornelia, translated from Robert Garnier’s Cornélie (1574), has long been held by modern criticism as a minor work in the playwright’s career. Previous attempts to rehabilitate the dramatic and poetic values of Kyd’s translation have focused on the metaphoric networks that underlie Kyd’s appropriation of Garnier’s play or on the political aspects of Kyd’s treatment of historical figures and themes. This article examines more specifically Kyd’s approach to Garnier’s epic similes—many of which are actually borrowed from both classical authors and contemporary poets. By exploring the inter-generic and intertextual connections established in Kyd’s translation, this article maps out the literary and cultural trajectories involved in the appropriation and emulation of Continental tragic models, thus highlighting Kyd’s experiments with various kinds of drama, clarifying the play’s connection with the productions of the Sidney-Herbert “circle,” and establishing its significance in late Elizabethan literary culture.

En 1594 paraissait Cornelia, traduction de la tragédie de Robert Garnier Cornélie (1574) par Thomas Kyd. Bien que célébrée en son temps comme une contribution importante aux expérimentation poétiques et dramatiques propres à l’ère élisabéthaine, Cornelia a été longtemps considérée par la critique comme une pièce mineure dans la carrière dramatique de Kyd. Depuis quelques temps, cependant, on assiste à une certaine réhabilitation de l’oeuvre, avec la mise en valeur des réseaux métaphoriques qui traversent la traduction et des enjeux politiques qui sous-tendent, chez Kyd, la réinterprétation des figures et thématiques antiques du théâtre de Garnier. On s’intéresse ici particulièrement à la traduction des comparaisons épiques qui abondent chez Garnier, et qui sont souvent elles-mêmes imitées des auteurs classiques, ou de poètes contemporains. En mettant en valeur les liens intertextuels et les croisements génériques établis par Kyd, on offre ici un aperçu des trajectoires culturelles qui marquent chez lui l’appropriation et l’émulation du modèle tragique français. On vise ainsi à souligner la dimension expérimentale de l’écriture dramatique de Kyd, à clarifier ses relations avec les Sidney-Herbert et leur fameux ‘cercle’ littéraire, et à réévaluer la place de Cornelia dans le contexte littéraire de la fin de l’ère élisabéthaine.

Full Text:

  Login to Iter to gain access. This content is for Iter Subscribers Only.