Thomas Browne and the Silent Text

Jessica Wolfe

Abstract


Throughout his writings, the physician and essayist Thomas Browne (1605–82) grapples with the problem of how and whether to interpret the silence of texts. His innovative solutions to the problem of “negative authority,” the term used in early modern theological debates over the significance, or lack thereof, vested in things omitted by the scriptures, challenge more conventional reformed defenses of scriptural perspicuity and also reveal how these hermeneutic puzzles in turn shape Browne’s understanding of the relationship between theology and natural philosophy and between rhetoric and logic. This article analyzes Browne’s idiosyncratic treatment of textual silence within its historical moment and also considers the interpretive challenges posed by omissions in Browne’s own writings, focusing in particular on his Pseudodoxia Epidemica.

À travers son oeuvre, le médecin et essayiste Thomas Browne (1605–82) se demande s’il faut interpréter le silence des textes, et si oui, comment. À la question de « l’autorité négative », ainsi que le problème était nommé dans les débats théologiques de la première modernité — que signifient les silences et les omissions des Écritures, s'ils signifient quelque chose? — il répond de manière originale et défie les défenses réformées, plus conventionnelles, de la perspicacité scripturale ; ces réponses révèlent également l'influence de ces énigmes herméneutiques, en retour, sur la conception de Browne quant aux relations entre théologie et philosophie naturelle, ainsi qu' entre rhétorique et logique. Cet article analyse la façon spécifique dont Browne, dans son contexte historique, traite du silence textuel, et il considère les problèmes d’interprétation que posent les omissions dans les textes de Browne lui-même, en particulier dans son Pseudodoxia Epidemica.

Full Text:

 Subscribers Only